La restauration du sacerdoce catholique

« Le but de la Fraternité est le sacerdoce et tout ce qui s’y rapporte. » C’est ainsi que les statuts définissent ce qu’est la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, conformément à la volonté de son fondateur.

Mgr Lefebvre était en effet convaincu que de la qualité du sacerdoce catholique dépendait le salut du monde. Lorsque le prêtre est saint et bien formé, les âmes se sauvent, mais si le prêtre est ignorant ou médiocre, le monde sombre rapidement dans la barbarie.

Formation des prêtres

Toute sa vie, Mgr Lefebvre s’est occupé de la formation des prêtres, et c’est dans ce seul but que, déjà parvenu à l’âge de la retraite, il fonda en 1970 la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Durant vingt ans il résida au Séminaire d’Ecône, s’occupant de la formation des futurs prêtres, leur transmettant son amour de l’Eglise, son attachement à la Rome éternelle, maîtresse de sagesse et de vérité. Il fonda plusieurs séminaires dans le monde, encouragea les écoles vraiment catholiques, répondit aux demandes des fidèles désorientées par les réformes venues du concile Vatican II, et finalement implanta la Fraternité Saint-Pie X sur tous les continents.

Pour atteindre ce but de restaurer le sacerdoce catholique, et par là relever la société chrétienne, les prêtres de la Fraternité Saint-Pie X sont formés à l’école de la spiritualité traditionnelle et de la doctrine du Docteur commun de l’Eglise, saint Thomas d’Aquin. Le règlement de vie des séminaires de la Fraternité est conçu un peu à la manière d’un noviciat religieux, avec une grande part consacrée au silence et à la prière, sans oublier la pratique de la charité fraternelle, de la pauvreté et de l’obéissance.

Dévotion au saint Sacrifice de la Messe

La Fraternité n’a pas de spiritualité particulière, si ce n’est la dévotion au saint Sacrifice de la Messe, renouvellement non sanglant de la Croix du Sauveur. Tous ces trésors transmis par la Tradition de l’Eglise, la Fraternité ne les veut pas seulement pour elle-même. Son ambition est de les faire partager par tous les prêtres qu’elle est toujours heureuse d’accueillir ou d’aider, et de voir les autorités de l’Eglise les répandre partout, afin de « tout restaurer dans le Christ » (Eph. 1, 10).

Lorsque, tout à la joie de son ordination, le jeune prêtre rejoindra le poste qu’il s’est vu assigner par ses supérieurs, la Fraternité lui donnera encore les moyens convenables pour conserver et accroître les dons reçus. Mentionnons en particulier la vie commune dans les prieurés, les sessions de formation, les récollections et les retraites prêchées ou suivies chaque année, les missions, les activités auprès des jeunes, l’enseignement dans les écoles, l’aumônerie des couvents, et toutes les facettes d’un apostolat riche et varié. Sans doute les épreuves ne lui manqueront pas, comme elles n’ont pas manqué dans la vie de Jésus et dans celle des apôtres : « le disciple n’est pas au-dessus du Maître » (Mt. 10, 24). Mais Dieu est fidèle dans ses grâces, surtout si le prêtre se confie à la Très Sainte Vierge Marie, l’Immaculée Conception, qui préside, le 8 décembre de chaque année, au renouvellement des engagements de tous les membres.